Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x

Point de situation COVID-19 sur Saint-Martin et Saint-Barthélemy Semaine du lundi 10 au dimanche 16 janvier 2022.

La dynamique épidémique sur Saint-Martin, et dans une moindre mesure sur Saint Barthélemy, tend à se stabiliser, mais reste sur des niveaux hauts, faisant peser une pression forte sur les professionnels de santé du territoire. Il faut maintenir une vigilance de chaque instant !

Saint Martin :
Pour la semaine du 10 au 16 janvier 2022 (semaine 2, données arrêtées le 16 janvier), on dénombre 1 580 nouveaux cas sur le territoire, contre 2 561 en semaine 1 (données ARS). 1 396 nouveaux cas sont comptabilisés, en parallèle, par SPF. Le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés sur le territoire depuis le début de la crise sanitaire est de 9 143 (données SI-DEP SPF).
Depuis le 17/01/2022 (semaine 3 en cours), 271 nouveaux cas de COVID ont déjà été enregistrés sur 1 908 analyses effectuées.
Les indicateurs épidémiologiques confirment une amélioration de la situation à des niveaux élevés :
 Selon les données SI-DEP ARS, le taux d’incidence1 est en baisse mais reste à un niveau très
inquiétant à 4 420.1/100 000 habitants, contre 7 164.4/100 000 en semaine 1. Selon les
données SI-DEP SPF, le taux d’incidence hebdomadaire est également en baisse à 3 951/100
000 habitants, contre 6 364/100 000 en semaine 1.
 Selon les données SI-DEP ARS, le taux de positivité2 hebdomadaire connait une baisse, avec
un taux de 21.6% en semaine 2, contre 27.9% en semaine 1. Selon les données SPF, le taux
de positivité s’établi à 27.5 %, contre 31,6% en semaine 1.
Saint-Barthélemy :
Pour la semaine 2 (données arrêtées le 16 janvier), on dénombre 220 nouveaux cas sur le territoire de Saint-Barthélemy, contre 498 en semaine 1 (données SI-DEP ARS). 266 nouveaux cas sont comptabilisés par SPF sur la même durée de temps. Le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés depuis le début de la crise sanitaire s’établie ainsi à 3 282 (données SI-DEP SPF).
1 Le taux d’incidence mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 sur 100 000 habitants sur une période d’une semaine. Deux seuils sont fixés, un
seuil de vigilance à 10/100 000 habitants et un seuil d’alerte à 50/100 000 habitants. Un taux d’incidence élevé traduit une circulation virale active.
2 Le taux de positivité mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 sur le nombre de tests réalisés, sur une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil
de vigilance à 5 % et un seuil d’alerte à 10 %.
Depuis le 17/01/2022 (semaine 3 en cours), 101 nouveaux cas de COVID ont déjà été enregistrés sur 385 analyses effectuées ; laissant à penser à une reprise épidémique ce qui doit mobiliser chacun !
Les indicateurs épidémiologiques donnent à voir une situation toujours sous tension :
 Le taux d’incidence, selon les données de SI-DEP ARS, s’établit à 2 246.5/100 000 habitants, contre 4 911.7/ 100 000 habitants en semaine 1. Si on considère l’ensemble des résidents de Saint-Barthélemy entrés dans SI-DEP (données SPF), le taux d’incidence hebdomadaire est
de 2 670/100 000 habitants, contre 5 040/ 100 000 habitants en semaine 1.
 Le taux de positivité s’établit à 15.3%, selon les données SI-DEP ARS contre 18.4%, en
semaine 1. Si l’on considère les données SPF, le taux de positivité est de 15.7% vs 18.2% en
semaine 1.
Hospitalisés et décédés
Au 19 janvier, 20 patients confirmés COVID, sont hospitalisés au centre hospitalier LCF ; 1 est hospitalisé au CH de Bruyn. L’impact hospitalier de la 5° vague reste donc élevé, sachant que les effectifs des deux établissements sont toujours impactés par le nouveau variant et que moins de soignants peuvent ainsi être mobilisés aux chevets des malades: le blanc déclenché précédemment est toujours une nécessité.
Un cluster est actuellement en cours d’investigation sur Saint-Martin.
Aucune évacuation sanitaire, ni décès ne sont à déplorer pour la semaine 2.
Depuis le début de la crise, 60 résidents Saint-Martinois et 6 résidents de Saint Barthélémy sont morts du COVID.
Préconisations
Pour se protéger par rapport à ce nouveau variant, il faut particulièrement respecter les gestes
barrières, c’est-à-dire :
 Mettre un masque homologué dès que l’on est en présence d’autres personnes,
 Manger à distance les uns des autres et si possible en milieu aéré,
 Les rassemblements ne doivent se faire que par petits groupes, plutôt à l’extérieur, permettant
de garder les distances de protection entre les personnes,
 Ne pas se serrer les mains et ne pas se « tchecker » non plus,
 Se laver les mains le plus souvent possible et en particulier lorsque l’on rentre à la maison,
 Se frotter les mains avec du gel hydro alcoolique dès que l’on touche des surfaces, afin
d’éviter de porter le virus au visage lorsqu’on le touche
 Aérer les pièces le plus possible
En famille, l’isolement d’un cas confirmé parmi d’autres membres de la famille non encore contaminés, doit être aussi la règle pour limiter la diffusion intra familiale du virus.
La fin de l’isolement doit s’accompagner du port rigoureux du masque chirurgical de filtration supérieure à 90% et du strict respect des mesures barrières et de la distanciation physique durant les 7 jours suivant la levée de l’isolement , en évitant les personnes à risque de forme grave de Covid-19 et en favorisant, dans la mesure du possible, le télé travail.
 Les cas contact non vaccinés doivent s’isoler immédiatement, et ce durant 7 jours pleins au terme duquel ils font un test TAG ou RT-PCR, la levée de l’isolement ne se fait qu’à la réception du résultat négatif.
 Les cas contact au schéma vaccinal complet ainsi que les enfants de moins de 12 ans, indépendamment de leur statut vaccinal ne sont pas soumis à la quarantaine. Ils doivent réaliser un test TAG ou RT-PCR immédiatement puis réaliser un autotest à J2 et J4 après la date du dernier contact avec le cas.
En cas de symptômes (toux, maux de tête, fièvre…) ces personnes sont invitées se faire tester et à contacter leur médecin traitant.
CAS (PERSONNES TESTEES POSITIVES) PERSONNES CONTACTS
Personnes avec schéma
vaccinal complet1
(rappel réalisé conformément
aux exigences
du pass sanitaire)
Isolement d’une durée de 7 jours après
la date du début des signes ou la date de
prélèvement du test positif (7 jours
pleins).
Levée de l’isolement possible à J5 avec
un résultat de TAG ou RT-PCR négatif (et
en l’absence de signes cliniques d’infection
depuis 48h).
Si le test réalisé à J5 est positif * ou en
l’absence de réalisation de ce test, l’isolement
est de 7 jours au total (pas de
nouveau test à réaliser à J7).
Pas de quarantaine, application stricte des mesures barrière
dont le port du masque, limitation des contacts, en
particulier avec les personnes à risque de forme grave, télétravail
si applicable.
Réalisation d’un test TAG ou RT-PCR immédiat, puis surveillance par autotests* à J2 et J4 après la date du dernier contact avec le cas.
* en cas d’autotest positif, il convient de confirmer le résultat par un TAG ou un test RT-PCR.
La personne contact se voit remettre les autotests gratuitement en pharmacie lors de la réalisation de son test immédiat, ou elle présente en pharmacie la preuve de son dépistage immédiat réalisé en laboratoire ou dans une autre pharmacie (résultat de test négatif), ainsi qu’une attestation sur l’honneur justifiant être personne contact pour se voir délivrer gratuitement les autotests.
Personnes non vaccinées
ou avec un schéma
vaccinal incomplet
Isolement d’une durée de 10 jours après
la date du début des signes ou la date de
prélèvement du test positif (10 jours
pleins).
Levée de l’isolement possible à J7 avec
un résultat de TAG ou RT-PCR négatif (et
en l’absence de signes cliniques d’infection
depuis 48h).
Si le test réalisé à J7 est positif ou en
l’absence de réalisation de ce test, l’isolement
est de 10 jours au total (pas de
nouveau test à réaliser à J10).
Quarantaine d’une durée de 7 jours après la date du dernier
contact avec le cas (7 jours pleins).
Levée de la quarantaine avec un résultat de TAG ou RTPCR
négatif.
Enfants de moins de
12 ans, indépendamment de leur statut vaccinal Isolement d’une durée de 7 jours après
la date du début des signes ou la date de prélèvement du test positif (7 jours
pleins).
Levée de l’isolement possible à J5 avec un résultat de TAG ou RT-PCR négatif (et en l’absence de signes cliniques d’infection depuis 48h).
Si le test réalisé à J5 est positif ou en l’absence de réalisation de ce test, l’isolement est de 7 jours au total (pas de Pas de quarantaine, réalisation d’un test TAG ou RT-PCR
immédiat, puis surveillance par autotests à J2 et J4 après
la date du dernier contact avec le cas.
nouveau test à réaliser à J7).
L’offre territoriale de tests
À Saint-Martin :
5 081 tests ont été réalisés en semaine 2 (PCR et antigéniques), pour un total de 101 686 tests enregistrés3 (selon les données SPF) depuis le début de la crise sanitaire. 7 321 tests supplémentaires ont été réalisés cette même semaine sur le territoire (PCR et antigéniques) selon
les données SI-DEP ARS.
L’offre de test sur Saint-Martin s’articule autour des dispositifs suivants :
 Les tests PCR, pour les ressortissants français ou étrangers, sont portés par le laboratoire BioPôle Antilles (BPA). Il propose 2 sites de prélèvement :
◦ Un drive piéton, situé au n°47 rue de la liberté (dans les anciens locaux du laboratoire LEPERS), il reçoit, sans rendez-vous, du lundi au vendredi.
◦ Un drive voiture, situé à Hope Estate, qui reçoit, sur rendez-vous, du lundi au samedi.
Les tests sont réalisés sur le territoire, permettant d’accélérer le délai de rendu des
résultats et garantissant un nombre plus élevé de prélèvements (jusqu’à 250/jour).
 Les tests antigéniques sont accessibles chez différents professionnels de santé du territoire
(pharmacies, médecins, infirmiers, kinés,…) permettant de proposer une offre de test de
proximité.
À Saint-Barthélemy : 1 691 tests supplémentaires ont été réalisés (PCR et antigéniques) en semaine
2, pour un total de 71 801 tests enregistrés (selon les données SPF). 1 438 tests supplémentaires
(PCR et antigéniques) ont été réalisés selon les données SI-DEP ARS.
L’offre de test sur Saint-Barthélemy s’appuie sur une diversité d’acteurs :
 Le drive de Saint-Jean est accessible, sans rendez-vous, du lundi au vendredi de 8h à 10h30
pour les tests PCR et de 8h à 13h30 pour les tests antigéniques ; le samedi de 8h à 11h30
pour les antigéniques et de 8h à 9h30 pour les PCR. Sa capacité de tests PCR est de 150
prélèvements par jour.
 Différents professionnels de santé du territoire (pharmacies, médecins, infirmiers…) réalisent des tests antigéniques, chacun ayant leurs horaires propres de test.
3 Tient compte de la mise à jour des données SIDEP en semaine précédente. Point de vigilance : la taille de la population à Saint-Martin est de 35 750 habitants ;
à partir de 4 cas positifs, le seuil de vigilance du taux d’incidence de 10/100 000 habitants est dépassé. L’interprétation des taux d’incidence doit être conjointe
avec l’interprétation du taux de positivité et de l’identification de chaine de transmission secondaire ou de cas groupés à risque de diffusion communautaire
(non maitrisé).
La situation vaccinale sur les Iles du Nord
Saint-Martin :
Selon les données SPF4 (au 18/01/2022), la couverture vaccinale en population générale était de 37.9 % pour une dose (soit 13 403 personnes ayant reçu une première injection) et 35.3 % pour le schéma complet (soit 12 463 personnes vaccinées deux doses). La proportion de personnes ayant bénéficiée d’un rappel est de 12.0 %. Chez les plus de 12 ans, la couverture vaccinale était estimée à 47.1 % pour au moins une dose, 43.9 % pour le schéma complet et de 14.9 % pour un rappel.
L’offre de vaccination, à Saint-Martin, se compose comme suit :
 L’hôpital Louis Constant Fleming reçoit sur rendez-vous (RDV sur doctolib.fr) du lundi au
vendredi.
 En ville dans les pharmacies.
 Dans les cabinets médicaux.
Les vaccins disponibles sur le territoire sont le PFIZER et le MODERNA. Attention, chaque officine ou médecin s’organise comme il le souhaite ; il vous faut donc vous rapprocher d’eux pour connaitre les modalités de prise de rendez-vous et/ou de passage.
Saint-Barthélemy :
Selon les données SPF (au 18/01/2022), la couverture vaccinale en population générale était de
82.8 % pour une dose (soit 8 249 personnes ayant reçu une première injection) et 79.3 % pour le
schéma complet (soit 7 901 personnes vaccinées deux doses). La proportion de personnes ayant
bénéficiée d’un rappel est de 43.1 %. Chez les plus de 12 ans, la couverture vaccinale était estimée
à 94.2 % pour au moins une dose, 90.3 % pour le schéma complet et de 49.1 % pour un rappel.
Les vaccins MODERNA et PFIZER sont disponibles en Ville, c’est-à-dire :
 Dans les pharmacies.
 Dans les cabinets médicaux.
Chaque officine ou médecin s’organise comme il le souhaite ; il vous faut donc vous rapprocher d’eux pour connaitre les modalités d’accès au vaccin.
Le dispositif de soutien à la vaccination contre le COVID-19 mis en place, du 10 au 15 janvier 2022, pour accompagner la médecine de Ville qui porte la vaccination depuis septembre dernier a très bien fonctionné puisque ce sont 1128 personnes qui ont pu accéder au vaccin PFIZER et prolonger la validité́ de leur Pass Sanitaire. Chacun a pu bénéficier du dispositif, sans trop d’attente et dans des conditions optimales de sécurité́, du fait de la mobilisation d’une équipe expérimentée, projetée sur le centre de dépistage de Saint-Jean qui avait évolué, pour l’occasion, en centre de vaccination éphémère.
L’Agence de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy tient à remercier la Collectivité de Saint-Barthélemy, ainsi que la Croix-Rouge Française, de leur implication dans ce dispositif de vaccination.
4 Une nouvelle méthode de calcul de la couverture vaccinale est mobilisée par SPF. Cette dernière calcule la couverture vaccinale par lieu de résidence avec
rattrapage sur le lieu de résidence VAC-SI quand l’information sur le lieu de résidence est manquante dans la table de correspondance de la Cnam. Cette
méthode prend en compte le code postal de résidence saisi dans VAC-SI par le vaccinateur lors de la vaccination lorsque le lieu de résidence n’est pas connu
dans les bases Cnam.
Face à la crise sanitaire, la vaccination reste la pièce maîtresse de la sortie de crise ! En effet, la
vaccination évite les formes graves de la maladie mais n’empêche pas d’être positif et d’être
contaminant, c’est pourquoi il est indispensable de respecter les gestes barrières.
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

RADIO FROM VOICEOFTHECARIBBEAN.NET

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x