Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x

Rencontre Collectif PEP 04-12-18.

recontrecollective06122018Le Président Gibbs a reçu à leur demande, mardi 04 décembre 2018, les membres du collectif des parents d’élèves PEPSXM sur la question de l’avancement des travaux de réparation des écoles, en présence de monsieur Christian Climent-Pons chargé de la reconstruction pour l’Education nationale et des techniciens de la Collectivité.

Cet échange constructif entre les représentants du collectif et le président de la collectivité a permis de passer en revue la situation de chaque établissement en cours de rénovation.
Après la phase de réparations urgentes désormais achevée, la Collectivité travaille maintenant sur les salles qui n’étaient pas opérationnelles pour libérer de nouveaux espaces de travail. Durant les grandes vacances 2019, les travaux plus conséquents seront entrepris et achevés pour la rentrée de septembre. « Je ne peux faire du neuf avec du vieux, mais la Collectivité met tout en œuvre pour que les établissements soient le plus accueillants possible », a indiqué le président.
Mis à part quelques points d’achoppement en passe d’être réglés dans deux écoles, les établissements du 1er degré sont tous en ordre de marche. Reste la mise en place de la Très Petite Section Maternelle à l’école Siméone Trott qui devrait fonctionner fin janvier 2019.
Dans le 2nd degré, les travaux du Lycée technique de Marigot (LPO) sont en bonne voie de réalisation. Les travaux sont en cours dans le restaurant scolaire et les ateliers. Le gymnase devrait être opérationnel à la rentrée des vacances de Noël. Seuls le CDI et la salle polyvalente seront prêts pour la rentrée de septembre 2019.
Le président a annoncé que le collège de Quartier d’Orléans serait partiellement détruit et reconstruit pour la fin 2019. « La collectivité a souhaité faire un effort particulier pour ce collège REP+ et ainsi favoriser les conditions d’apprentissage dans ce secteur excentré de l’île », a-t-il expliqué. Les travaux du collège Mont des Accords de Marigot sont en cours et seront achevés en avril 2019.
La cité scolaire est en sureffectif depuis Irma car elle accueille deux collèges (dont le collège Soualiga détruit par Irma) et un lycée. La construction de 6 salles modulaires supplémentaires sera définitivement achevée fin janvier 2019. Au total, 10 salles modulaires seront alors ouvertes pour accueillir les élèves du collège et du lycée. Pour répondre à la surpopulation scolaire, monsieur Climent-Pons a rappelé que les établissements feraient un brassage des emplois du temps pour réduire les trous dans les plannings des élèves et éviter qu’ils ne soient dans la cour ou devant l’établissement.
Le Président a entendu les doléances des parents et étudiera les propositions. Le Président s’est engagé à poursuivre ces réunions de suivi des réparations avec les parents et les partenaires.


Le Président Gibbs clarifie la situation de la SEMSAMAR.

« Depuis quelques jours, le déferlement médiatique autour de la Semsamar et les nombreuses contre-vérités publiées ça et là m’amènent à faire une mise au point en toute transparence pour que la population saint-martinoise bénéficie de la véritable information et comprenne les enjeux qui se présentent à nous aujourd’hui, s’agissant de l’avenir de notre société d’économie mixte.

Tout d’abord, nous opposons avec mon équipe les arguments fallacieux de démantèlement à celui du renforcement de la direction générale de la société. Il s’agit pour nous de deux sujets distincts. Faire un lien supposé entre la proposition de nommer un président directeur général à la tête de la Semsamar et un possible démantèlement est un argument infondé porté sur la scène médiatique pour créer la confusion.
Je rappelle que la Semsamar a été créée en 1985 à Saint-Martin, c’est une société qui fait partie de la vie des Saint-Martinois, de notre patrimoine, et qui fait la fierté du territoire. Avec fermeté, j’affirme qu’il n’est absolument pas question de démanteler l’actionnariat de cette structure pour le céder à un quelconque organisme. Que ceux qui avancent de tels arguments viennent le prouver !
Par contre, face aux enjeux de la reconstruction, face aux difficultés des administrateurs à imposer leurs idées au sein de la structure, il nous paraît pertinent - et les statuts actuels le permettent - de donner au Président du Conseil d’administration la possibilité d’intégrer la direction générale. Cette proposition vient appuyer la décision prise lors du dernier Conseil d’administration de nommer un cabinet d’experts dont le rôle sera d’assister et de conseiller les élus dans leurs missions.
La Semsamar doit jouer un rôle clé dans la reconstruction de Saint-Martin, et dans un objectif d’efficacité, il nous paraît essentiel que le futur PDG travaille aux côtés de la direction générale. La Semsamar a des activités multiples sur plusieurs territoires et une forte expérience à Saint-Martin, elle est un atout pour répondre aux attentes de notre population.
Ce retour aux sources vers une gouvernance saint-martinoise est une décision politique forte que nous assumons pleinement et qui est prise dans l’intérêt de nos concitoyens. La réorganisation de la gouvernance n’est pas une nouveauté, nous l’avions évoqué dans notre programme électoral dès 2016, Irma a juste accéléré le processus.
Parmi les attaques injustifiées, je note que le conseiller territorial d’opposition monsieur Louis Mussington parle de « deal avec l’Elysée » et se permet de m’accuser de mensonge. Je rappelle ici que l’Etat est un partenaire. Nous travaillons en étroite collaboration avec ses services en faveur de la reconstruction de Saint-Martin. Les multiples échanges dans le cadre des protocoles de reconstruction confirment les discussions et débats que nous avons parfois avec l’Etat sur tous les sujets, y compris celui de la Semsamar. La presse s’en est suffisamment fait l’écho pour me donner toute légitimité dans mon propos. Ce sont donc des relations franches et la COM fait régulièrement valoir son point de vue.
Monsieur Mussington a peut-être l’habitude de « faire des deals » avec ses amis politiques, mais jusqu’à preuve du contraire, cela n’a jamais été notre façon de faire. Quant au mensonge supposé, je ne vois pas de quoi il parle. Je n’ai jamais pris personne en traitre, ma méthode est justement la franchise et la transparence.
Nous avons pris acte de la motion votée par notre co-actionnaire, la Région Guadeloupe ; cependant nous la jugeons hors sujet. Je suis en effet surpris de constater qu’avant même que nous ayons présenté au Conseil territorial la délibération proposant la mise en place d’un Président Directeur Général au sein de la Semsamar, la Région puisse anticiper en évoquant l’éviction de la directrice générale. Je m’interroge sur l’opportunité de la Région de faire un tel raccourci en parlant d’un sujet qui n’est pas à l’ordre du jour de notre conseil de jeudi 13 décembre. Rappelons que cette décision relèverait de l’entière responsabilité du Conseil d’administration et de ses membres, non pas de la Collectivité.
Quant aux castings imaginaires et aux supputations fantaisistes de certains médias, ils sont balayés par ce qui guide notre action : une gouvernance réorganisée et la mise en œuvre de projets avec un fort ancrage local pour que Saint-Martin ne soit plus une simple boîte postale mais redevienne le centre des préoccupations tout en portant le même intérêt aux projets de développement sur les autres territoires, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane. Je suis sûr que nos partenaires peuvent comprendre cette attente forte des Saint-Martinois et plus encore depuis le passage d’Irma. Car c’est un fait, l’ingénierie de la Sem n’est plus aussi présente à Saint-Martin pour développer des projets : 4 chargés d’opération dans les années 2000, un seul aujourd’hui.
Les Saint-Martinois l’ont constaté et ils appellent depuis longtemps au changement. Pour la première fois, une majorité d’élus a le courage de proposer ce changement. En réalité, ce qui est dit dans cette délibération, c’est que nous souhaitons donner à un élu de Saint-Martin l’opportunité de remplir un rôle exécutif. Notre décision de faire évoluer la gouvernance de notre société d’économie mixte sera donc maintenue car elle va dans le bon sens.
Nous considérons d’ailleurs que l’avis de tous nos co-actionnaires est important, certains nous ont fait part de leurs inquiétudes. Quant aux financeurs, la gouvernance de la Semsamar doit pouvoir retrouver leur confiance. La réorganisation de la gouvernance se fera dans la concertation et la collégialité entre les membres du Conseil d’administration, en temps et en heure.

Pour l’heure, nous assumons nos responsabilités en proposant de poser les bases de cette nouvelle gouvernance dans l’intérêt de la Semsamar, de la Collectivité de Saint-Martin qui est actionnaire majoritaire et de ses co-actionnaires. ».

Daniel Gibbs
Président du Conseil territorial de Saint-Martin

Collaboration entre les deux territoires de Saint-Martin

Le 3 décembre 2018, la directrice générale de l’agence de santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint- Barthélemy, Mme Denux, représentant la ministre des solidarités et de la santé, et le ministre de la santé de Sint-Maarten, M.Lee ont signé une lettre d’intention en présence des directeurs du centre hospitalier Louis Constant Fleming et du centre hospitalier actuel de la partie hollandaise.

Cette lettre d’intention prévoit la mise en place de groupes de travail afin d’organiser l’accès aux soins des patients des deux parties de l’île et de construire ensemble l’accès aux établissements de soins de la Guadeloupe et de la Martinique.

Cette signature a, de plus, eu lieu à l’occasion de la pose de la première pierre du nouvel hôpital de Sint-Maarten, partie néerlandaise de Saint-Martin, qui verra le jour en 2023. Les travaux de réflexion sur les collaborations prendront en compte le projet de ce nouvel hôpital pour que les complémentarités soient pérennes.

Cette première étape vise à construire ensemble le paysage médical saint-martinois.

Établissements recevant du public (ERP).

A l’approche de la haute saison touristique, les services de l’État et de la Collectivité constatent qu’un grand nombre d’établissements, notamment d’hôtels et de surfaces commerciales, ont ouvert ou ré- ouvert sans autorisation.

Il est rappelé à l’ensemble des entrepreneurs et des commerçants que, conformément au code de la construction et de l’habitation, l’ouverture de tout établissement recevant du public est soumise à une demande d’autorisation préalable adressée au Président de la collectivité (ou au moins à une déclaration pour les établissements de faible capacité).

Toute ré-ouverture d’un établissement après une fermeture d’au moins 10 mois consécutifs est également soumise à cette obligation.

Les gérants de ces établissements doivent donc impérativement prendre l’attache de la direction de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme de la Collectivité, en précisant notamment la surface et la capacité de l’établissement, le type d’activité et la nature des travaux réalisés, pour connaître les documents nécessaires à la constitution de leur dossier.

La Collectivité instruira les demandes, et réunira si besoin la commission de sécurité pour une visite de contrôle de l’établissement et de ses installations.

Il est rappelé que tout contrevenant à ces dispositions réglementaires s’expose à une amende de 5ème catégorie appliquée autant de fois qu’il y a de journées sans visite de contrôle, sans autorisation ou déclaration d’ouverture, soit 1500 € d’amende par jour d’ouverture.

Arrêté de circulation Grand Case -Christmas Serenade Festival.

AR112-2018 : Dans le cadre de la poursuite des festivités de Noël dites « Saint-Martin Christmas Serenade Festival », il est porté fermeture temporaire d’une portion du Boulevard BERTIN-MAURICE Léonel, le Dimanche 09 Décembre 2018 conformément aux dispositions arrêtées ci-dessus :
C’est ainsi, le Dimanche 09 Décembre 2018 de 08 Heures à Minuit :
Le stationnement et la circulation automobile seront interdits dans la portion du Boulevard BERTIN-MAURICE Léonel, comprise entre les murs de l’ancienne école primaire de Grand-Case jusqu’à hauteur du pont (ancien restaurant « La Villa Créole ») où divers stands de vente de nourriture et de boissons rafraîchissantes seront installés dans la portion de rue sus-indiquée. Toute la zone sera transformée en rue piétonne.

La Police Territoriale sera chargée de mettre en place une déviation de la circulation automobile. Les autres voies avoisinantes seront maintenues ouvertes à la circulation automobile.
Aucun stationnement en bordure de route n’est autorisé dans le cadre de cette manifestation ; les automobilistes sont appelés à faire usage des aires de stationnement.


Vinaora Nivo Slider 3.x

RADIO FROM VOICEOFTHECARIBBEAN.NET

Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x